La course à la chefferie

L’image de la formule 1 est un appat pour vous faire cliquer. Pendant longtemps et encore pour plusieurs personne aujourd’hui, il représente la performance. Ces voitures à essences bruyante sont une image qui nous est présenté souvent en ce sens et c’est ancré dans nos tête depuis des années. Il est temps de changer cette image de performance pour en trouver d’autre aussi forte. Je souhaitais faire un parallèle de cette image de formule 1 et l’argent dans les partis politiques ici et ailleurs dans le monde. Aux États-Unis on parle beaucoup de financement et d’argent pour une course à la direction et lors d’élection. En effet, la visibilité médiatique à un coût énorme et c’est pourquoi le financement et la valeur des montants investi dans les élections est devenu un symbole de la performance. Ne devrait-on pas aussi changer cette image car nous en sommes au point où un dirigeant doit en premier lieu être riche pour être premier Ministre ce qui nuit un peu à la perception des électeurs face à nos systèmes politique.

Au Québec depuis 2015 environ, un donateur ne peux pas donner plus que 100$ à un parti politque lors d’élection alors qu’au Canada, le montant est établis à 1650$ selon les lois électorale respective. Le montant à été établis à 100$ au Québec suite aux problématiques relevé lors de la commission Charbonneau. En effet, des entreprises demandaient à leurs employés de contribuer à un parti politique pour ensuite se faire rembourser par l’entreprise. Durant la période couverte par la commission Charbonneau, les montants permis pour contribuer au parti politique du Québec était beaucoup plus élevé. Alors si cette pratique était présente au niveau provinciale, il reste toujours un doute que ce même genre de pratique soit faites au niveau fédéral et je ne sais pas pourquoi les instance fédérales ne se sont pas ajuster à cet effet au niveau des montant permis par les donnateurs.

Pour la course à la chefferie du parti Conservateur du Canada, ceux-ci demande 200 000 $ de frais d’inscription. Ces montants seront utilisé par le parti pour créer les comités de campagne nécessaire à la chefferie partout au Canada et tout ce qui tourne autour de cela. Mais aucun montant n’est encore alloué au candidat pour sa visibilité à travers les différents médias par le parti car celui-ci doit demeuré neutre dans son processus de campagne. Alors le candidat devra ouvrir un compte dédié à sa campagne à la chefferie et devra ensuite aprouver ses dépenses jusqu’à un montant maximal de 5 millions selon les règles établis par le parti Conservateur. Le candidat ne peut pas mettre dans ce compte plus de 25 000$ selon la loi électorale (Article 367 (7)). Le reste proviendra alors de donateurs. Pour atteindre ces objectifs, il est évident qu’un candidat à la chefferie du parti conservateur devra avoir beaucoup d’argent à investir dans sa campagne et doit avoir beaucoup de donateur qui pourront contribuer à la campagne, mais est-ce vraiment des donateurs authentique quand on voit ce qui s’est fait au Québec dans le cadre de la commission Charbonneau… Je n’ai pas suivi la dernière course à la chefferie du parti Libéral et du Nouveau Parti Démocratique mais je considère que cela doit être sensiblement la même chose.

Pour la course à la chefferie du Parti Vert du Canada, je ne sais pas encore comment cela sera fait et je ne veux pas leur mettre de pression à ce niveau car je sais que les organisateurs prendront les bonnes décisions et seront audacieux. On comprend que l’organisation d’une élection de ce genre à la grandeur du Canada coûte de l’argent à la base et il est possible qu’un montant minimum soit demandé mais il faut savoir inover. La difficulté principale que je rencontrerai dans les prochaines semaines et les prochains mois sera probablement d’ailleurs au niveau du financement. Je ne pourrai pas sacrifier autant d’argent personnel pour cela et je ne peux garantir que je pourrai le relevé et c’est ma principale crainte. Pourtant, je le dit modestement mais je crois avoir la carrure pour ce genre de travail. Par contre, mes moyens financier pourrait mettre un frein à mon ambition. Je n’imagine pas le nombre de femmes et d’hommes ayant eu le potentiel de faire une course de ce genre de renoncer à ça pour une question d’argent. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas l’intention de baisser les bras aussi facilement et je suis tout de même impation de voir quel seront les règles qui seront établis par le parti pour la course à la chefferie du Parti Vert du Canada.

Enfin, tout comme nous devons changer l’image de la formule 1 sur la performance, ne devrions-nous pas faire de même avec le financement politique car après tout, ce que nous cherchons, c’est une organisation politique professionnelle, à l’écoute des citoyens dont les Ministres seront en mesure de bien représenter le pays ici et ailleurs dans le monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s